Cascade "Parkour"

                                                         Démo de nos adhérents :

Histoire :

Les concepts du franchissement d'obstacles et du déplacement efficace existent depuis toujours, Douglas Fairbank les utilise par exemple dès 1920 dans son film Le Signe de Zorro

  • Mais David Belle est reconnu comme l'inventeur du parkour moderne au début des années 1990 à Lisses. Il fut lui-même inspiré par son père, Raymond Belle1, qui s'entraînait selon les concepts de Georges Hébert. En 1998, David Belle et Sébastien Foucan se séparent des Yamakasi. David Belle refonde un groupe appelé « Les Traceurs »4: c'est « la Relève »5, qui participe à la médiatisation de cette discipline. Les sept autres membres fondateurs popularisent le parkour en France en 2001 grâce au film Yamakasi. Enfin, le dernier cofondateur, Sébastien Foucan, quitte la Relève et participe en 2003 au documentaire de la BBC,
Jump London
  • , qui fait découvrir la discipline au monde anglo-saxon.


Dès 2004, le parkour devient un phénomène Internet mondial sur youtube grâce au fort impact visuel de la discipline. Vers 2006, de nombreuses associations voient le jour et le parkour s'institutionalise dans le monde. À la même époque, il gagne les gymnases et une variante plus acrobatique fait son apparition : le free-running.

En 2014, le parkour fait toujours plus d'adeptes, en particulier chez les jeunes. Il est également enseigné dans des écoles au Danemark.

Etymologie :

Le mot parkour

  • est une référence au parcours du combattant mais son orthographe est simplifiée pour représenter la simplicité et l'efficacité de la discipline. Le mot parkour est abrégé pk ou PK chez les pratiquants. Ce mot se trouve parfois écrit avec une majuscule -
Parkour
  • - car David Belle en a fait une marque déposée pendant plusieurs années.

Organisation :

Une séance classique de parkour se compose d'un échauffement, d'un travail technique et/ou physique et/ou d'une phase d'exploration, et d'une phase de retour au calme. Cependant la pratique étant récente et peu encadrée, il arrive souvent que des pratiquants ne travaillent que les mouvements techniques au détriment de tous autres aspects, ce qui n'est pas recommandé.

Une façon très courante de s'entraîner est de partir en groupe de quelques personnes à travers la ville ou la campagne, en s'arrêtant de spot en spot pour travailler les gestes techniques. Les spots sont soit connus à l'avance, soit découverts au fur et à mesure de la déambulation.

Lieu :

Le parkour se pratique principalement en extérieur, dans le milieu urbain public ou dans les parcs et forêts. Ces endroits présentent en effet de nombreux obstacles tels que murs, barrières, arbres, cours d'eau, etc. La plupart du temps l'entraînement se fait au niveau du sol, et parfois, pour des personnes très entraînées, en hauteur, par exemple entre des immeubles d'habitations. Mais cela reste une exception, contrairement à l'image qu'en a le grand public.

Avec son institutionnalisation, la pratique a gagné les gymnases. En général le matériel de gymnastique est détourné pour créer des obstacles et proposer un environnement en mousse moins dangereux. De même, des parkourparks sont sortis de terre qui regroupent de nombreux obstacles en un même lieu